E420 : Alerte 

 

 

sur Bouffioulx

http://e420.free-bb.com/upload/0b/34/0b/08/87/f3c118

Depuis 1997...

 

Le Comité de Défense des Habitants de Bouffioulx  s’est constitué en 1997, sous la présidence de Mme R-M Allard, aujourd’hui décédée.


En 1997, un projet d’autoroute, traversant Gerpinnes et aboutissant à la Blanche Borne par le sud des bassins de décantation, avait fortement mobilisé les populations concernées : Chamborgneau, Blanche-Borne, Champ de Péchenne.,… .


En juin 2001,  le MET, dans un dossier intitulé « E420 Section Charleroi Walcourt : demande d’inscription au plan de secteur »,  avait enterré ce projet en raison de son impact particulièrement négatif sur les populations et territoires traversés, notamment à la Blanche-Borne.  Le MET préconisait alors un tracé Ouest où relief et configuration du terrain permettaient de mieux pallier les inconvénients.


2002 : La population Ouest s’insurge et fait reculer les décideurs politiques. Une consultation du public est organisée, sur base de 3 tracés autoroutiers dont 2 aboutissent à la Blanche Borne.

 

20 mars 2003 : Un projet d’autoroute à l’Est mobilise les populations de Gerpinnes et Bouffioulx qui manifestent en masse sur la N5 pour refuser le dédoublement de celle-ci à l’Est.

 

2008 : Le Ministre de la Mobilité André  Antoine dépose un projet « Trident » avec courte liaison autoroutière vers l’Ouest .

 

2009 : L’accord de gouvernement « Olivier » avec le parti Ecolo prévoit l’abandon de la liaison autoroutière vers l’Ouest. Subsiste l’intention d’une liaison 2 fois 1 bande vers l’Est, avec aménagements de mobilité sur la N5.


2012 : Cet accord débouche sur la présentation de 3 tracés posibles vers l’Est à la population de Loverval. Interrogée, une ingénieure du SPW reconnaît l’incapacité du projet à absorber la circulation.


29 octobre 2015 : Le Ministre de la Mobilité Carlo Di Antonio tient une conférence de presse pour présenter l’avant-projet de révision du plan de secteur approuvé par le GW. Il s’agit d’un projet Trident : 2 fois 1 bande de part et d’autre de la N5 et aménagement de la N5 en mobilité douce. Le Ministre se targue de l’accord de tous les bourgmestres des entités traversées. Hélas, il a oublié Châtelet où le tracé projeté se connecte au R3 au cœur même de la cité de la Blanche Borne, après avoir impacté lourdement Chamborgneau en balafrant la vallée du Ry de Saint-Ry.


En résumé : En 2001, l’étude approfondie du MET démontre qu’une liaison autoroutière vers l’Ouest constitue la liaison la plus efficace et la moins dommageable. Des aménagements pour réduire les inconvénients y sont possibles, alors que ce n’est pas le cas à L’Est.  Les populations plus nanties de l’Ouest n’ont cessé d’user de leur pouvoir d’influence pour infléchir les choix politiques ; c’est ainsi que temps et argent ont été dépensés en vain pour étudier un projet de trémie sous la N5 à hauteur du Bultia, que la commune d’Ham/Heure-Nalinnes a dépensé 75000 euros pour qu’un bureau d’études dessine un tracé à l’Est…quelle impudence !


Nos Ministres successifs se sont laissés influencer, et malgré la présence d’un échangeur à l’Ouest qui attend d’échanger depuis plus de 30 ans, ils persistent à imaginer des liaisons Est à la Blanche Borne dans des conditions autrement plus défavorables qu’à l’Ouest.
 

 

000webhost logo